L'atelier
 

 

                                                                               L'ATELIER RETRO64

Des carrosseries résines sont en vente dans la boutique Rétro 64 

 

Porsche 959

Porsche avait réuni sur la 959 tout ce qui se faisait de mieux à l'époque , 4 roues motrices, Turbo, mais avec un cahier des charges très stricte au niveau du coût très réduit

Cela a donc donné une voiture avec une coque rigoureusement identique à la 911  avec des extensions à l'avant , l'arrière et les cotés

 

                                  

                                  

Cette voiture étant très large, avec un empattement un peu plus long que celui de la 917 permet le montage d'un moteur Mabuchi utilisé à pleine puissance.Ce moteur est maintenu en place avec une petite cale à l'avant et une sur chaque coté

Le châssis de 917 est légèrement raccourci à l'avant et allongé d'un cm à l'arrière

Ferrari Super América

                                

                                                         

Peugeot 403 Cabriolet

Après la berline , voiçi le cabriolet rendue célèbre par l'inspecteur Colombo

La voiture est au 1/38 donc un peu plus grande qu'une Jouef, plusieurs carrosseries ont été réalisées, reste à faire les châssis

 

                                            

L'Isetta Vélam

J'avais déjà motorisé une Isetta à l'échelle 1/24 , visible sur mon site Slotretro, mais au 1/24 cette voiture (2,3 m de long pour la vraie ) n'est pas plus longue qu'une Jouef, alors au 1/40 , elle n'est pas plus grosse qu'une Ho. Un châssis spécial Ho modifié a du être réalisé.

                                    

 

Une Jouef 1/24

L'idée de départ était de réaliser au 1/24 une voiture  telle que Jouef aurait pu la réaliser

J'ai donc imaginé que Jouef aurait conservé le système de roues directrices en le grossissant, ainsi que le principe de fixation des tresses.

Pour se démarquer des autres productions Jouef aurait peut être monté un système de suspension comme le faisait Miniamil à l'époque.

J'ai donc réalisé un châssis reprenant ces deux principes. J'ai choisi un moteur ressemblant un peu au Jouef. Il s'agit là d'un moteur américain à 5 pôles

La voiture sera une Ferrari que Jouef aurait pu réaliser dès la sortie des premiers coffrets fin 1963, mais je vous en dirai plus sur cette carosserie plus tard

 

 

 

Voiçi le master de la carrosserie de Ferrari 250 LM et quelques résine

 

 

 

Modification d'un châssis Ho pour la Mini Marcos

 

Cette modification est très simple. Elle consiste a coller des plaquettes plastique à l'avant et à l'arrière d'un châssis Ho , ici un Tomy Afx, mais un Tyco, ou un TCR plus courant peuvent convenir.

A l'arrière une plaquette bouche l'espace entre la carrosserie et le châssis, une autre sert de renfort en dessous et permet de coller un tube d'échappement contre l'extrémité.

Une autre plaquette sert d'encliquetage pour la fixation du châssis.

A l'avant la plaquette est ajourée pour laisser passer les tresses montées façon Jouef, un renfort cylindrique est nécessaire pour la vis , et un tube sert à positionner le guide Jouef

Enfin, 2 plaquettes collées verticalement servent au maintien de l'axe des roues avant.

Ainsi réalisé, ce châssis est très performant avec le moteur Mabuchi plus fiable que les moteurs montés habituellement sur les 1/43.

Ici la Mini Marcos entre une R5 Jouef et une Corvette Ho AFX

 

 

Porsche 917 longue le Mans 1969

 

      

Au début des années 70, j'avais beaucoup regretté que Jouef n'ai pas reproduit la Porsche 917 dans sa version longue qui nous avait tant émerveillés aux 24 heures du Mans 1969, à la place on avait eu droit à la version courte qui n'avait fait qu'un tour de la course de SPA-FRANCORCHAMPS

Je me suis donc fait trois de ces modèles version longue, en voici quelque photos.

  

J'ai d'abord réalisé la forme de la queue qui vient se coller sur le chassis, comme je voulais faire plusieurs voitures, j'ai réalisé un moule silicone de  la forme, et je me suis servi des pièces résine sorties de ce moule.

J'ai réalisé les dérives et l'aileron en aluminium, mais du carton ou du plastique pourrait convenir, il faudra percer la pièce en résine pour loger une petite patte découpée sur la dérive, qui servira a maintenir celle.- ci plus solidement.

Les 2 rainures seront agrandies d'un coup de lime ou de scie à métaux pour que les dérives se placent bien au fond et en ligne avec les petites dérives de la carosserie.

Une épingle à tête sert d'axe à l'aileron, j'ai entouré cet axe d'un morceau de papier aluminium adhésif, créant ainsi un support sur lequel l'aileron est collé.

 

   

 

   

On obtient ainsi un très beau modèle plus long que l'Alpine A 442 qui est la plus imposante des voitures Jouef.

A droite la Jouef modifiée à coté d'une Scalextric d'origine en version longue.

Un collectionneur m'ayant demandé la réalisation d'une Porsche 917 longue, j'en ai profité pour en refaire trois .

En voici les détails de la fabrication.

   

J'ai profité de ces nouvelles réalisations pour tester quelques améliorations. Après collage de la pièce en résine, j'ai percé un trou pour couler de la résine, et avant séchage j'ai introduit la partie alu d'un rivet, mais on peut mettre une vis pour rigidifier l'ensemble et éviter le decollement en cas de choc.

La pièce en résine a subit quelques modifications par rapport à la première version : le dessous est maintenant conforme à l'original et laisse la place aux pots déchappement.

La première version était creuse et présentait un risque de casse pendant l'envoi, la nouvelle pièce est maintenant presque pleine et beaucoup plus solide.

Une petite préparation est nécessaire avant de la coller au châssis, limer la face qui vient s'ajuster au châssis.

Pour plus de réalisme, vous pouvez supprimer les feux arrières et les remplacer par une tête de pointe limée en forme de rectangle, après peinture de la face, les 4 cotés restent  couleur acier naturel

Agrandissez l'emplacement des dérives à l'aide d'une scie à métaux et percer de chaque côté 1 ou 2 trous pour la fixation de la dérives

 

 

Les carosseries et châssis sont accrochées sur des portiques en fils de fer fixés sur une plaque d'agglo, après peinture une boite en carton recouvre l'ensemble pour éviter que des poussières  viennent se coller à la peinture fraiche, une sorte de mini cabine de peinture en quelque sorte.

  

Sur le modèle ci dessous , j'ai apporté quelques modifications , pots d'échappement latéraux , bouchon a l'avant de la prise d'air gauche, et rétroviseur.

 

 

Vous voulez la même, pas de problème, je mets en vente la pièce en résine directement
sur demande par mail à retro64@club-internet.fr           

Voir dans la boutique ici

 

Porsche Carrera turbo 4 roues motrices

                                                      

Il y a presque 40 ans, j'avais sacrifié 2 Dromocar en coupant les chassis  et les recollant pour faire une voitures à deux moteurs et 4 roues motrices.

A cette époque, au début des années 70,  4 roues motrices n'évoquaient pas seulement  les tout terrains, mais aussi les formules 1 sur lesquelles avait été essayé durant une ou plusieurs saisons  ce mode de transmission.

A ma connaissance, à part MMRC à la fin des années 60, Scalextric sur des modèles du Paris Dakar au milieu des années 80, et maintenant Ninco sur les voitures de rallye, peu de constructeurs se sont lancés dans la transmission intégrale.

Les amateurs de voitures radiocommandées à une échelle aussi petite que le 1/10° connaissent  les bienfaits des 4 roues motrices.

J'ai voulu savoir si à une échelle encore plus petite  il était possible de ressentir une différence de comportement.

J'ai voulu rester dans l'esprit Jouef en réalisant la modification à l'aide de pièces de cette marque.

J'ai choisi la Porsche, car à quelques détails de carosserie, la voiture réelle a existée en 4 roues motrices. Il aurait été plus facile de faire la transformation sur une voiture avec un empattement plus long, mais je n'étais pas très motivé pour faire une Bagherra 4x4 par exemple.

D'autre part, le moteur Mabuchi provenant d'un Kart Joustra, se monte facilement sur le chassis de la Porsche.

Tout d'abord il faut pratiquer les ouvertures dans le chassis pour loger le moteur et la transmission avant provenant bien sur d'un moteur Jouef ordinaire dont la chape a été coupée.

  

Le logement du guide, et les fixations des tresses se trouvent ainsi supprimés et replacés plus en avant, la pièce rapportée provient d'un autre chassis, de Lancia Stratos en l'occurence.

La difficulté avec la Porsche réside dans le manque de place à l'avant, tout aurait été beaucoup plus facile avec une Alpine A310, ou une Bagherra par exemple.

Une encoche rectangulaire permet de positionnée la transmission avant.

Pour tourner dans le même sens, la couronne avant  doit étre à l'inverse de celle arrière.

Sur la chape avant, il est nécessaire de coller un morceau de plastique pour avoir une épaisseur suffisante permettant de bien guider l'axe du petit pignon.

La liaison entre l'axe du moteur et l'axe du petit pignon avant est réalisée avec la gaine d'un fil électrique, qui devra être très souple, pour absorber les défauts d'alignements des deux axes. Le moindre défaut d'alignement est très consommateur de puissance, qui se trouve utilisée pour tordre la gaine.

Là encore il manque de la place, sur une BMW, il y aurait environ 10 mm de plus, et les petits défauts d'alignements n'auraient pas beaucoup d'importance.

   

Les pièces en laiton fixant les tresses et les fils électriques sont réduits à 7mm de longueur car li n'y a pas plus de place.

La butée d'angle du guide n'a pas résistée bien longtemps à la puissance du Mabuchi. J'ai remplacé ce guide par le modèle pour roues directrices. Sur ce guide  vous pouvez voir la pièce qui actionne habituellement la barre de direction. Cette pièce est fixée en travers, et un ressort accroché à son extrémitée sur le chassis amorti les dérapages, comme le faisait un élastique sur les guides des voitures Stabo, ou des monoplaces Scalextric.

La voiture a été équipée des mêmes roues, jantes larges à l'avant et à l'arrière et de quatre pneus silicone modèle SL

            

Dès les premiers tours de circuit, il est évident que la voiture vire beaucoup plus vite, et chasse à peine de l'arrière, grace surtout aux pneus silicone, mais aussi à la répartition de la puissance sur les quatre roues comme sur tout 4x4.

Amélioration également à l'accélération ou il n'y a aucun  patinage. Par contre, en ligne droite, la voiture est actuellement bien moins rapide
qu' une deux roues motrices équipée d'un Mabuchi. La liason entre le moteur et la transmission avant, ainsi que l'engrennage supplémentaire consomment de la puissance.

   

 Alpine M64

1 Modification de la carrosserie Jouef

           

2  Réalisation d'un moule silicone pour tirer un master en résine

3 Des détails impossibles à faire directement sur l'original Jouef comme la

gravure du capot sont ajoutés sur le master

ainsi que les charnières de porte et capot, les clignotants etc

4 Avec ce Master ainsi modifié , un nouveau moule silicone est réalisé pour

 faire la carrosserie finale

Ensuite il a fallu faire une nouvelle vitre a partir d'une vitre Jouef modifiée,
faire un  moule pour tirer les nouvelles vitres.

Un chassis à roues fixes peut s'adapter comme un chassis à roues directrices.

 

Matra Aerodjet 1964

  Après la réalisation de l'Alpine m64, je me suis lancé dans la réalisation d'une autre voiture méconnue qui courru en 1964 au Mans.

Quatre Aérodjet avaient été construites pour les 24 heures du Mans de 1964, d'après une étude aérodynamique de Bréguet.

Trois voitures ont ensuite disparues (démontées, vendues à l'étranger, ou reconditionnées en Djet normales ?), la quatrième fut mise dans une casse, puis complètement détruite en 1965 par son nouveau propriétaire qui l'utilisait tous les jours.

Une voiture fut reconstruite entre 1998 à 2001,une deuxième voiture vient d'être reconstruite, voir lien musée Matra pour voir des photos de l'originale.

 

 

 

Dans la rubrique l'atelier scratch du site slotretro vous pouvez voir la réalisation de :

la Renault 4 turbo

L'Isetta Vélam

la floride Renault 

 

   

 

 

 

 


© 2016